Le pèlerinage au cours du 19e siècle

La Révolution française de 1789 allait porter le coup fatal au prieuré. Les moines, refusant de prêter serment à la Constitution civile du clergé, durent quitter les lieux en 1790 et se dispersèrent. Le prieuré est supprimé et mis en vente comme bien national en 1791. En 1792 la ville de Soultz achète bâtiments et église de sorte que même durant la période de la Terreur on se rendait au pèlerinage desservi clandestinement par des prêtres de Soultz. Par le Concordat de 1801 Bonaparte rétablit la paix religieuse et le pèlerinage sera officiellement administré par les prêtres séculiers de Soultz, sauf une brève interruption. En effet en mars 1848 un prêtre d’Issenheim, Jean Chablé, avait loué le prieuré pour y ouvrir un noviciat de Jésuites jusqu’en 1852. Lorsqu’en 1881 Jungholtz devient une commune, l’église de Thierenbach sera son église paroissiale. L’abbé Schoech, premier curé, s’installe au prieuré qui servira alors de presbytère, d’école, de mairie et de maison forestière jusqu’à l’incendie de 1884. La commune construira une nouvelle cure accolée à l’église, elle-même restaurée par le curé Schloesser entre 1892 et 1912.

fermer la fenêtre